En attendant dimanche

Le Brésil retient son souffle, ce dimanche l’Assemblée vote pour ou contre l’impeachment de Dilma.

Pour te faire patienter, voici quelques informations, qui en plus de te faire passer le temps en te divertissant, te permettront de briller dans les dîners.

La traduction littérale du mot Impeachment (qui est un mot anglais by the way) est : Mise en accusation. Pourquoi les brésiliens au langage si imagé et ensoleillé utilisent-ils un mot anglais pour tenter de virer leur présidente ? L’histoire ne le dit pas. Enfin si, l’histoire le dit un peu. La constitution brésilienne est une copie de l’américaine et là bas ils disent impeachment (qui by the way encore vient du français empêcher).

petit chat canard(comme je n’ai pas trouvé de photos intéressantes d’impeachment j’ai pris la décision unilatérale d’agrémenter ta lecture par des illustrations insolites, ici, un petit chat trop mignon qui regarde des petits poussins)

Tout le monde, oui même toi (si tu es citoyen brésilien et électeur on s’entend) peut déposer une demande de ‘mise en accusation’ du Président de la république. Cette demande doit être argumentée et surtout doit rentrer dans l’une des 8 cases prévues à cet effet.

Le président doit respecter huit règles pour pouvoir gouverner tranquille. Si un pékin arrive à prouver qu’il ou elle ne l’a pas fait, il pourra alors l’accuser.

Je ne sais pas quel pékin a déposé le dossier d’impeachment qui fait trembler Dilma, appelons le Vinicius. Vinicius a donc déposé  un dossier auprès du Président de l’Assemblée.

Dans le cas qui nous concerne, Dilma est accusée de « mauvaise gestion » et « détournement de la loi ».  Apparemment Vinicius avait bien bossé et blindé son dossier puisqu’il a été accepté par le Président de l’Assemblée, ce qui n’est pas toujours le cas.

miss bumbum(ici, 9 participantes à l’élection de miss Bum Bum qui a lieu tous les ans, pour illustrer les 8 motifs d’impeachment +1)

Comme le prévoit la loi, une commission formée par des représentants de chaque parti siégeant à l’assemblée a été constituée. La commission s’est réunie la semaine dernière et a voté en faveur de l’avancement du processus d’impeachment. C’est maintenant au tour des députés de se prononcer lors d’un vote organisé dimanche. Plus des deux tiers des 513 députés doivent approuver la motion. Si c’est le cas, le dossier poursuivra son petit bonhomme de chemin vers  le Sénat. Les sénateurs, qui comme partout dans le monde sont de vieux croûtons, voteront et si le vote est favorable à l’impeachement, Dilma sera écartée du pouvoir immédiatement et c’est son vice président, Michel Temer*, qui pendra les commandes pendant une période qui peut aller jusqu’à 6 mois, temps nécessaire au  Président de la Cours Suprême pour étudier le dossier et mener sa petite enquête. Une fois que le Président de la Cours suprême aura donné son avis, les sénateurs devront de nouveau sortir de leur sieste pour voter pour ou contre. Si le « pour » passe, Dilma sera virée séance tenante et Temer gardera les commandes jusqu’à la fin prévue du mandat (novembre 2018) et si c’est « contre », Dilma sera ré-instituée et là on va bien se marrer.

Alors comme disait ma boulangère, « avec des si on mettrait Paris en bouteille » et il reste encore quelques étapes à franchir pour arriver au bout du processus. Mais Dilma commence à avoir sacrément chaud au bum bum. Apparemment le vote de l’Assemblée est décisif. Ceux qui y connaissent quelque chose disent qu’une fois au Sénat, y’a plus de salut (pour Dilma).

On est donc en pleine opération séduction. Les uns et les autres essayent de convaincre les députés de voter pour ou contre. Les principaux soutiens de Dilma l’abandonnent les uns derrière les autres, ils ont dû sentir que c’était pas trop dans leur intérêt de la soutenir. Ce qu’on ne sait pas  c’est ce qui leur a été promis en échange de leur vote.

Fun facts de la semaine :

Michel Temer, actuel Vice Président, impatient d’accéder au trône a enregistré sur son smart phone un discours d’investiture, une sorte de « moi président ». Suite à une fausse manip’ de sa part (il a 75 ans quand même, les nouvelles technologies, c’est compliqué), le discours a été envoyé à tous les membres de son parti, et évidemment à la presse. Comme c’est ballot, maintenant, tout le monde sait ce qu’il veut faire pour son pays et comme il serait un bon président si la morue est virée. Opération séduction pas franchement subtile mais apparemment efficace.

La policia federal et le juge Moro ont lancé la 26ème phase de l’opération « Lava Jato* » baptisée « carbone 14 » et enquêtent sur la mort plus que suspecte d’un membre du PT (parti des travailleurs, dont Lula est le chef, remember) en 2002. Celso Daniel, préfet de São Bernardo (une ville de la commune de São Paulo), membre du PT a été kidnappé un soir en rentrant d’un resto. Son corps, sans vie, a été retrouvé quelques jours plus tard dans un terrain vague. Ce qu’on sait : Celso Daniel n’était plus trop d’accord avec les combines de son parti (apparemment des arrangements mafieux avec les camions de ramassage de déchets qui auraient servi à détourner de l’argent public pour financer la première campagne présidentielle de Lula) et les 8 témoins de la soirée, incluant le serveur qui lui a apporté son assiette au resto, sont morts dans des circonstances étranges. A l’époque, l’enquête a patiné, elle patine toujours, mais peut être plus pour longtemps. Maintenant, si les enquêteurs commencent à trouver des cadavres dans les placards, l’opération ‘lava jato’ contre la corruption et le blanchiment d’argent promet de prendre une toute autre dimension. A ce niveau là, c’est plus de la télénovela, c’est « True Detective** ». Manque plus que Matthew McConaughey pour rendre le tout encore plus passionnant.

matthew(Ici Matthew dans toute sa splendeur musclée et bronzée. ça n’a rien à voir me diras tu. Mais si, ça a à voir, Matthew fait du surf comme beaucoup de brésiliens et son épouse est elle même brésilienne).

La suite dimanche, ou peut être lundi. Anyway, Stay tuned !

*voir épisodes précédents

**True Detective est une série policière bien gore dans laquelle Matthew laisse trainer son accent du sud et ses pectoraux musclés.

Publié dans Seriously ? | Tagué , , | 1 commentaire

L’homme de l’ombre aurait sorti ses lunettes de soleil

Si Dilma est virée par la procédure d’impeachment en cours,  Michel Temer  prendra les commandes.

Mais qui est donc Michel Temer ?

Michel Temer, 75 ans, est vice président de Dilma Rousseff depuis 2010 et patron du PMDB  (parti du mouvement démocratique du brésil – centre gauche) depuis plus de 15 ans.

michel temer elections

Le PMDB est un parti centriste sans lequel aucun gouvernement depuis le retour de la démocratie au Brésil (1985) n’a réussi à gouverner. Michel Temer a une carrière politique discrète et stable et bénéficie d’appuis importants dans l’Etat de São Paulo d’où il est originaire. Il a été président de la chambre des députés à trois reprises. Il est sérieux, crédible et défend  des idées libérales (rigueur budgétaire, réforme fiscale, coup de frein aux programmes sociaux) qui plaisent beaucoup aux marchés financiers, qui comme tu le sais gouvernent le monde.

Maintenant, Michel, dis nous VRAIMENT qui tu es.

Michel vit dans l’ombre de Dilma depuis 10 ans. Elle avait besoin de lui pour gagner et gouverner mais  l’a laissé croupir dans son rôle de vice pres’ purement décoratif. Pendant 10 ans, Michel a nourri sa rancœur. En décembre dernier lorsque la procédure d’impeachment a été lancée il se serait dit tout en se frottant les mains : « je serai calife à la place du calife ».

dilma_e_michel_temer

Il fallait s’éloigner le plus loin possible des remous de la destitution pour ne pas sombrer avec le navire. Michel a donc écrit une lettre « larmoyante » à Dilma où il lui reproche de l’avoir toujours laissé dans l’ombre et de s’être servi de lui et de son parti sans scrupules. Les relations entre eux se sont dégradées jusqu’au divorce prononcé avant hier. La rupture politique ne remet absolument pas en cause son poste de Vice Président et donc de successeur au trône.

Michel, l’homme de l’ombre (d’aucun diront qu’il est le frère caché du Comte Dracula) a retrouvé ses lunettes de soleil et se sent prêt à sortir son pays des ténèbres.

maxresdefault

Mais l’horizon n’est pas tout a fait dégagé car la vie n’est jamais un long fleuve tranquille.

Évidemment Michel a été cité plusieurs fois par des témoins dans l’opération « lava jato », pour l’instant, il n’y a pas assez de preuves pour constituer un dossier à charge. Pour l’instant.

Michel pourrait être impliqué dans le financement illégal de la campagne présidentielle de 2014. Si le Tribunal Électoral décide de rejeter les comptes de campagne, Michel coulerait avec Dilma. Il pourrait alors enterrer ses ambitions politiques à tout jamais, ou pas. Je l’ai déjà dit, la politique sud américaine peut être surprenante.

S’il accède au pouvoir sans être élu, ce qui pourrait être le cas maintenant, il y a peu de chances pour qu’il soit réélu en 2018. Il parait qu’il a le charisme d’une huitre et  sa discrétion légendaire inquiète. Pas assez « latin » pour obtenir le scrutin populaire, un peu trop dark pour être honnête.

Fun facts :

Michel a 5 enfants de 3 femmes différentes. Son épouse actuelle  est née en 1982. Elle est donc plus jeune que la plus jeune des filles que Michel a eu de son précédent mariage. Elle est aussi ex reine de beauté. On trouve donc des photos d’elle en bikini sur le web.

SÃO PAULO, SP, 20.03.2015: MÔNICA BERGAMO - O vice-presidente, Michel Temer e sua esposa Marcela - A senadora Marta Suplicy comemorou seus 70 anos, ao lado do marido, Márcio Toledo, nos Jardins, em São Paulo (SP). (Foto: Bruno Poletti/Folhapress)

marcela-e-temer-1

Michel aurait un fils illégitime qui a écrit un livre où il dénonce les pratiques satanistes de son soit disant père. Messes noires et Macumba (sorcellerie brésilienne, sœur du vaudou). Évidemment Michel a dit qu’il n’avait jamais vu ce garçon mais par prudence a fait retirer tous les exemplaires du livre de la vente.

Michel Temer sera donc ‘peut être’ le président à l’intelligence discrète qui sortira le brésil de la crise…

OU

…le manipulateur de l’ombre, sataniste et croqueur de midinettes qui aura accédé au pouvoir suprême sans jamais avoir été élu. Toute ressemblance avec des personnages de fiction ou des événements existants ou ayant existé dans la télé ne serait que pure coïncidence.

house of cards

Les autochtones interrogés sur la question répondent que le satanisme serait un moindre mal comparé à la corruption et à la trahison. C’est dire la confiance qu’ils accordent à leur classe dirigeante.

Publié dans Seriously ? | Tagué , , , | 3 commentaires

Calamar, paix et amour

Chaque soir, au Brésil, le temps se suspend. Tous les regards convergent vers la télé. Sur l’écran des héros au regard sombre vivent des histoires d’amour et de trahison. C’est LA NOVELA, le feuilleton, le soap opéra, la sitcom. Appelle ça comme tu voudras, c’est le Brésil qui a inventé le genre (en 1955) et qui a donné au monde ce grand moment de télé. Ne le remercie pas.

Les ingrédients du succès  (selon wikipedia) sont : peu de personnages, mais toujours un bandit pourri et un très méchant, une intrigue à rebondissements, de l’amour, des trahisons, et si possible un fils perdu qui ne sait pas qui est son père (Star Wars serait elle une sitcom ?).  Le titre doit être poétique et chargé de sens (amor e perdiçao, sangue rebelde) et la trame s’adaptera aux souhaits du public.

La série de l’année  est un énorme carton diffusé dans le monde entier. Le succès est retentissant au point de faire descendre dans la rue des milliers de brésiliens qui ne sont pas d’accord avec les évolutions du scénario.

« Calamar, paix et amour » : des gros méchants, de la délation, de la trahison, de l’amour et du BTP. Et des fruits de mer.

Pilote  (mars 2014):

Dilma Rousseff,  ex-guerillera, torturée sous la dictature, camarade, amie et disciple de Lula (Lula veut dire calamar) son prédécesseur charismatique, est présidente du Brésil. Lula, lui profite d’une retraite bien méritée et reste patron du PT, le parti des travailleurs, qu’il a créé de ses 9 doigts (il en a perdu un dans une machine quand il était ouvrier métallo) et qu’il a mené au pouvoir.

dilma jeuneDilma jeune.

La Policia Federal mène une enquête ‘assez banale’ sur une cabine de lavage de voiture, un lava jato, dans une station service.

lava jatoici un lava jato qui vient chez toi laver ta voiture et qui en plus te donne un sapin qui sent bon gratos.

Episode 1 (septembre 2014):

L’enquête, contre toute attente, se complexifie et des noms importants apparaissent. La Policia Federal n’en revient pas de tout ce bol. Remonter jusqu’à l’ex PDG de Petrobras (fleuron pétrolier symbole de la formidable expansion du brésil des années 2000) à partir d’une pauvre station service, c’est Bingo. L’ex pdg en question est poursuivi, puis inculpé et  il balance.

Les brésiliens découvrent médusés le plus grand système de corruption et de blanchiment d’argent, jamais révélé. Hommes politiques de tout bord, hommes d’affaires, tout le monde est impliqué. Le PT, au pouvoir depuis 10 ans,  a sorti grâce à une politique sociale très offensive une bonne partie de la population de la misère et a payé des hélicos et quelques Porsche Cayenne a une bonne partie de la classe politique. C’est sa vision soviétique de l’économie: le partage.

Y’en a quand même un  qui dit NãO à la corrupcão: Sergio Moro,  jeune (né en 72) et ultra brillant, avocat diplômé d’Harvard, spécialité lutte contre le blanchiment d’argent, devenu juge de Curitiba (grande ville du sud du brésil). Il est le justicier  implacable, incorruptible et déterminé qui a juré, craché qu’il aurait la peau de tous les pourris et qu’il leur ferait vomir leurs voitures de luxe par les trous de nez.

moro veja

Fastforward 2014 / 2015

Sergio Moro aidé de la Policia Federal fait tomber les corrompus un par un. Chaque pourri attrapé balance le suivant. On trouve un peu de tout dans le lava jato, nom donné à l’opération: les leaders des principaux partis politiques, le groupe Odebrecht (énorme boite de BTP – Les chantiers de la coupe du Monde de foot en 2014 et des JO de Rio en 2016 sont de l’or en barres pour les attributions de marchés et les pots de vin), le groupe Petrobras, of course, même le président de la chambre des députés, principal leader de l’opposition a des comptes en Suisse.

Moro s’intéresse de très près à un triplex dans une station balnéaire chic et à des pédalos en forme de cygne qui flottent sur une marre dans une propriété à Atibaia, village pittoresque de la province de São Paulo.

pédalos cygneLes pédalos

Pendant ce temps là, le brésil s’enfonce dans une crise économique jamais vue de mémoire d’homme (le brésilien est toujours mesuré dans ses descriptions), la popularité de Dilma s’écroule, les balcons et les voitures se couvrent de banderoles ‘fora Dilma’ (dilma dehors!), les brésiliens sortent dans la rue pour taper sur des casseroles. La procédure d’impeachment est lancée par Eduardo Cunha, président du parlement (celui là même qui a des comptes en Suisse).

fora dilma

Episode 128 : Novembre 2015

Sergio Moro tombe sur une info intéressante : apparemment les cygnes s’appellent Pedro et Arthur, les prénoms des petits enfants de Lula.  Qu’est ce que ça peut bien vouloir dire ? Serait-ce Lula qui se promènerait sur les pédalo  pendant qu’Odebrecht refait toute la propriété gratos? Lula est pour la première fois sérieusement impliqué.

Pedalinhos-close-megaLes pédalos vus de près.

Episode 129 (novembre 2015, toujours)

Delcidio do Amaral, sénateur, et membre éminent du PT  se fait choper pour entrave à la justice. Il aurait dit à son pote Nestor (Cervero, un cadre de Petrobras) qui aurait  des infos compromettantes le concernant  : « combien tu veux pour fermer ta gueule? ». Sauf que le fils de Nestor, qui était fâché avec son père (il aurait essayé de lui piquer sa meuf, qui en fait était sa sœur mais qui ne savait qui était son père ?) aurait enregistré la conversation en question (je fais bien attention à utiliser le conditionnel, t’as vu). Delcidio embarqué par la police se serait écrié : Tu quoque le fili de nestor ! (Delcidio parlerait latin couramment).

delcidioDelcidio en clair obscur.

Delcidio est envoyé directement en détention préventive dans la prison de Rio, où il se serait fait livrer des diners préparés par un chef étoilé. C’est pas parce qu’on est en taule qu’il faut se laisser aller.

Dilma fait la gueule mais ne lâche rien. Plus elle s’accroche, plus le réal décroche. Dans ces contrées reculées du monde, le cours de la monnaie locale est intimement lié aux décisions politiques.

dilma-triste1

Episode 298 (février 2016) :

Moro découvre que le triplex sur la plage appartient à Lula. Tu noteras que tout le monde s’en fout que Lula ait un triplex sur la plage, ce qui intrigue les brésiliens c’est de savoir pourquoi leur ex président ne l’a pas déclaré au fisc (enrichissement illicite peut être ?).

guaruja de dosLe triplex est assez moche, je me suis dit que tu préfèrerais la plage.

La tension monte d’un cran.

Delcidio s’ennuie ferme en prison, même s’il y mange bien. Il négocie une remise de peine contre des informations bouillantes. Non seulement Lula serait au courant de toutes les manigances, mais ce serait lui le patron.

delcidio veja

La Policia Fédéral sonne à la porte de Lula et l’embarque pour lui poser « quelques questions ». A la sortie du poste Lula crie au scandale, Dilma accoure pour lui manifester son soutien et Moro prononce le mot prison.

La tension devient insoutenable.

Episode 299 –  épisode double : Première partie (mercredi 16 mars 2016) :

Dilma, annonce la nomination de Lula au poste de ministre de la Casa Civil (les ministres bénéficient évidemment de l’immunité ministérielle et ne peuvent donc pas être envoyés en prison). Tout le monde se souvient d’une phrase prononcée par Lula, en 1988 alors qu’il était leader syndical : « au Brésil quand un pauvre vole, on l’envoie en prison, quand un riche vole on le nomme ministre » et Lula se dit qu’il aurait peut être mieux fait de fermer sa gueule en 1988.

lula content

Pour Moro c’en est trop. Il offre à la presse et au public l’enregistrement d’une conversation téléphonique datant de quelques jours auparavant entre Lula et Dilma :

ça dit :

Secrétaire de dilma: La présidente aimerait parler au président Lula

Garde du corps (Lula n’a pas de portable à son nom, il peut être joint sur le portable de son garde du corps, qui lui même utilise le portable d’un pote) : Oui d’accord, je vous le passe.

Lula : Aloha

Secrétaire : un instant s’il vous plait.

Pour patienter, de la  bossa nova, vachement mieux que les 4 saisons.

Dilma : Lula, je suis en train de te faire envoyer le document pour ta nomination au poste de ministre, tu sais, au cas où.

Lula : d’accord. je l’attends.

Dilma : A utiliser en cas de besoin donc.

Lula : d’accord. Ciao chérie.

Cette conversation est  une déflagration  et fait descendre plusieurs millions de personnes dans les rues. Il y a autant de drapeaux brésiliens aux fenêtres que pendant une coupe du monde de foot et ça klaxonne à qui mieux mieux dans tout le pays. Tout ce barouf attire l’attention de la presse étrangère et c’est là que tu as du entendre parler de l’histoire.

manif fora dilma

Dilma et Lula crient au coup d’Etat  en disant que les écoutes sont illégales, mais c’est trop tard, ce qui est dit est dit. Alea jacta est comme dirait l’autre.

Jeudi 17 mars midi, Lula est nommé ministre sous les sifflets des parlementaires présents dans la salle.

Jeudi 17 mars, 13h30 un juge invalide la nomination

jeudi 15h, la décision du juge est invalidée

Fin de l’épisode qui laisse le spectateur au bord de l’arrêt cardiaque. Lula le calamar sera t il ministre?

Episode 299 –  deuxième partie (toujours le jeudi 17 mars)

Jeudi 17h, un juge de la cours suprême met fin à la dispute. La décision de le nommer ministre est une manifestation claire d’obstruction à la justice. La nomination est donc suspendue de manière préventive jusqu’au 30 mars. D’ici là il y aura des réunions pour décider si les arguments des uns et des autres sont fondés. Vu de là bas, chez toi, l’issue parait claire, mais vue d’ici, c’est pas si évident. Les voies de la politique sud américaine sont impénétrables et on n’est jamais à l’abri d’une surprise.

Jeudi soir : l’Avenida Paulista de São Paulo est envahie par les opposants à Dilma qui en ont raz la casquette  et qui se demandent pourquoi Dilma et Lula ne sont pas encore en prison (Lula embarquerait Dilma dans sa chute, entre eux c’est « à la vie à la prison », ou « si je coule, tu coules avec moi »). Ils sont plusieurs millions à brandir des drapeaux brésiliens et des portraits du juge Moro.

protesto 2Le lendemain, vendredi, la police vire les derniers résistants qui ont planté des tentes sur l’avenue. C’est déjà suffisamment le bordel question info traffic à Sao paulo, pas la peine de bloquer une des avenues les plus passantes de la ville. Le soir,  la même Avenida Paulista se couvre de drapeaux rouges du PT. Lula harangue la foule, ce qu’il fait de mieux et hurle qu’il veut le bien de son pays et le bonheur de ses compatriotes mais surtout qu’il n’est que paix et amour:  Lulinha Paz e Amor (c’est lui qui le dit)

manif pro gvt

Mardi 29 mars

Les brésiliens ont fait une pause pendant la semaine de Pâques, ici on ne prend pas à la légère les jours fériés. Dilma est toujours présidente, Lula n’est plus ministre mais pas encore en prison. Les cadres de l’entreprise Odebrecht, qui sentent que ça commence à chauffer et qu’il serait peut être temps de retourner leur veste annoncent qu’ils auraient une liste de noms avec les sommes versées correspondantes. Les cadres facétieux du géant du BTP auraient donné des surnoms pas piqués des hannetons à tous bénéficiaires de pots de vin ce qui promet un grand moment de rigolade.

and now what ?

La procédure d’impeachment a été accélérée. On devrait être fixés en avril. La policia federal et le juge Moro sont des héros nationaux. Certains brésiliens retrouvent l’espoir. Pour la première fois la justice et la police ont réussi à travailler main dans la main.

Évidemment, un des juges de la cours suprême, ami de Lula a réquisitionné les écoutes téléphoniques concernant Lula et démis le juge Moro de cette partie de l’enquête. Le gouvernement, acculé, tente le tout pour le tout.

Hier, Michel Temer, vice président et patron du PMDB (Partido do Movimento Democratico Brasileiro) a claqué la porte du gouvernement. Il aurait dit : « si tu coules, tu coules toute seule et si je peux je te donnerai un petit coup sur la tête parce que le plus beau dans l’histoire c’est que je vais être président à ta place ». Le divorce devrait être prononcé ce matin.  Sans le PMDB Dilma perd la majorité.

ça pue la fin de règne désespérée, la preuve, Maduro, président du Vénézuela et Cristina Kirshner, ex présidente de l’argentine qui comme chacun sait sont des exemples d’honnêteté et d’intégrité ont créé un groupe de soutien pour leurs camarades Dilma et Lula.

Toi aussi tu penses que Dilma devrait démissionner ? Dilma est une idéaliste qui a résisté à la torture pour défendre ses idéaux. Elle s’accrochera jusqu’au bout. C’est ce qu’elle dit.

Et puis si elle est virée, qui lui succédera ? Les brésiliens cherchent toujours l’homme politique irréprochable, ou au moins un qui ne soit pas trop trop mouillé.

To be continued. Avec des cœurs.

dilma coeur

Publié dans Seriously ? | Tagué , , , , | 8 commentaires

Au Brésil, Feuilleton se dit Novela

Capture d’écran 2016-03-17 à 12.19.39

Ceci est le cours du Réal aujourd’hui, 17 mars 2016.

A midi (comme tu peux le voir sur le graphique), il s’est passé un truc que même si t’es nul en graphiques tu peux pas louper.

Lula, ex président, ex ouvrier métallo, ex enfant pauvre, ex syndicaliste et ex de Miriam, devait être nommé ministre de la Casa Civil (équivalent de notre premier ministre), parce que sinon il allait en prison. A midi, patatras, un juge s’est opposé à sa nomination.

Tu comprends rien ?

Tranquilo, demain je t’explique. Il y a aura du pouvoir, du pognon, des triplex à la plage non déclarés et des petites pépés.

Stay tuned !

Publié dans Seriously ?, Vis ma Vie | Tagué , , , | 1 commentaire

Tu me cherchais ?

Je t’avais dit qu’un des grands avantages de l’Argentine c’était d’avoir une frontière commune avec le Brésil et bien nous l’avons franchie, Sanjay, les chiots, mes chaussures de Tango et moi.

Donc si tu me cherches, maintenant je suis là, je bois du schweppes avec mes copains.

Stay tuned !

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Toute la vie sera pareille à ce matin

Le frimas caresse mes doigts de pieds.

Les feuilles dorées contrastent joliment dans le ciel bleu azur. Je traverse la rue pour marcher du côté du soleil, je rêve de feu de cheminée, de couette douillette et de lumière rasante. J’entends des chansons douces et un peu tristes.

L’automne est là et l’automne est d’autant plus beau que l’été a été chaud.

Je vais mettre des chaussettes.

otoño

Photo : Sanjay Patel

Rodriguez, Sandrevan Lullaby

Publié dans Vis ma Vie, Voir et Entendre | Tagué , , | 1 commentaire

Loin des clichés – Mapuche de Caryl Ferey

Patagonie, fin du 19ème.

Les carabiniers s’emparent à gros coups de fusils des terres ancestrales des autochtones pour agrandir leur territoire et enrichir l’Argentine alors en pleine expansion. Ils chassent, dépossèdent, exterminent. Les Mapuche installés depuis des siècles, sont forcés de fuir, de franchir les montagnes vers le Chili ou d’adopter les lois de l’oppresseur et de renier leurs racines, leur histoire. Jana est Mapuche.

Buenos Aires, 1978,

Une Ford Falcon verte, sans plaque roule lentement dans les rues de San Telmo. Elle s’arrête, deux hommes en descendent et s’emparent d’un frère et d’une sœur adolescents, innocents dont le seul crime apparent est d’avoir un père poète. La dictature militaire sévit depuis 2 ans et les disparus ne reviennent jamais. Sauf Ruben. Il fait partie des quelques uns relâchés pour raconter l’horreur, rendre la menace réelle pour ceux qui seraient encore tentés par des actes de rébellion ou de subversion. Mais Ruben reste muet, il cadenasse au plus profond de son âme tout de l’abomination, de l’horreur et des conditions de disparition de sa petite sœur et de son père.

Buenos Aires, 2012.

Jana est devenue sculptrice. Elle survit dans un squat. Loin de « l’exemple argentin », elle vit dans un monde d’indigents, de cartoneros, tous victimes de la crise TOTALE de 2001. C’est dans ce nulle part de misère qu’elle rencontre Paula/Miguel, travelo qui jongle entre les auditions pour les revues fantasques, le tapin sur les docks du port de la Boca et la blanchisserie familiale ou croupit sa mère folle à lier.

Ruben est devenu détective privé, il traque sans relâche les tortionnaires de la dictature  pour le compte des mères de la place de mai, les mères des disparus, des 30 000 qui ne sont jamais revenus.

La mort violente de Luz partenaire de tapin de Paula va embarquer les héros écorchés de ce roman noir, et nous pauvres lecteurs avec, des bas fonds de Buenos Aires, aux contreforts des Andes, en passant par le Delta du Tigre, dans la spirale de l’histoire la plus sombre de l’Argentine.

Caryl Ferey nous malmène. Son style énergique, honnête et ultra violent décrit les disparitions, les enfants des disparus adoptés illégalement par leurs tortionnaires, les corps balancés des avions dans le Rio, mais aussi les plaies laissées béantes par les drames successifs de l’argentine: les crises économiques, la corruption, le mensonge, l’oubli. Il nous rappelle que la violence de l’homme ne connait pas de limites.

En refermant le livre après 24h d’une lecture affamée, j’ai ouvert les yeux. L’Argentine de Jana, Paula, et Ruben,  celle des routes défoncées, des gamins loqueteux, celle des victimes des conquistadors, ou des politiciens véreux,  la brutale réalité, celle qui dément les clichés, loin très loin du polo ou des terrasses de Palermo, je ne l’avais pas vue. Et pourtant, j’ai pu croiser Jana, Ruben ou Paula dans un café de San Telmo ou sur la 9 de Julio.

Mes copines de la sortie de l’école ont vécu la dictature et toute son horreur. Personne n’en parle. Et pourtant en les regardant je me demande combien d’entre elles ont connu un de ceux qui  ne sont jamais revenus. Si elles se demandent parfois si elles sont bien les enfants de leurs parents?

mapuche

Mapuche a reçu le prix du meilleur polar 2012 attribué par le magazine Lire.

Caryl Férey vit à Paris. Après s’être aventuré en Nouvelle-Zélande, avec Haka et Utu, puis en Afrique du Sud avec Zulu, dix fois primé et traduit en dix langues, il fait, avec Mapuche, ses premiers pas sur le continent sud-américain.

Mapuche, Serie Noire, Gallimard, 2012.

Publié dans Voir et Entendre | Tagué , , , , , | 2 commentaires