Vis ma Vie

Portrait, lettre ouverte, coup de gueule, état de grâce

Au Brésil, Feuilleton se dit Novela

Capture d’écran 2016-03-17 à 12.19.39

Ceci est le cours du Réal aujourd’hui, 17 mars 2016.

A midi (comme tu peux le voir sur le graphique), il s’est passé un truc que même si t’es nul en graphiques tu peux pas louper.

Lula, ex président, ex ouvrier métallo, ex enfant pauvre, ex syndicaliste et ex de Miriam, devait être nommé ministre de la Casa Civil (équivalent de notre premier ministre), parce que sinon il allait en prison. A midi, patatras, un juge s’est opposé à sa nomination.

Tu comprends rien ?

Tranquilo, demain je t’explique. Il y a aura du pouvoir, du pognon, des triplex à la plage non déclarés et des petites pépés.

Stay tuned !

Publicités

Toute la vie sera pareille à ce matin

Le frimas caresse mes doigts de pieds.

Les feuilles dorées contrastent joliment dans le ciel bleu azur. Je traverse la rue pour marcher du côté du soleil, je rêve de feu de cheminée, de couette douillette et de lumière rasante. J’entends des chansons douces et un peu tristes.

L’automne est là et l’automne est d’autant plus beau que l’été a été chaud.

Je vais mettre des chaussettes.

otoño

Photo : Sanjay Patel

Rodriguez, Sandrevan Lullaby

La Cancha de Tu Madre*

Quand t’as décidé de poser tes valises en Argentine, avant même de passer la douane, faut que t’ai choisi ton camp.

Sanjay, a choisi Banfield, dernier au classement de la première division. Sanjay aime les challenges. Sanjay est un héros.

Junior, lui a choisi River Plate. Pas fou. Depuis que « trezegol » a rejoint leur banc, le club retrouve le succès. Et puis Maman aime bien Trezeguet, elle a même mangé des ferreros avec lui chez l’ambassadeur, et Junior aime bien faire plaisir à Maman. Mais Junior n’est pas QUE mignon, il est aussi TRÈS intéressé et le papa de Toto, qui est dans sa classe, a des plans pour avoir des maillots du River pas chers. Junior est malin.

Tous les jours, lorsqu’on croise Oscar, le « portero » de l’immeuble, plusieurs fois par jour donc, on débat. Il se fout de la gueule de Sanjay et essaye de recruter Junior qu’il croit, à tort, influençable, en lui refilant des becs.

Alors quand l’Argentin est né, Oscar a saisi l’occasion de recruter un nouveau supporter pour son club. Il lui a offert le maillot (un tout petit maillot de bébé tromignon). Son geste est irréversible et marque à tout jamais l’appartenance de l’Argentin au dit club. Oscar est fourbe.

L’Argentin sera supporter du Club Atletico de LANUS pour le restant de ses jours.  L’Argentin est niqué.

lanus R

Dommage qu’Oscar ne soit pas supporteur du San Lorenzo, comme le Pape parce que depuis que le Pape est Pape, le club gagne des matchs (ce qui n’était pas vraiment le cas avant – y’en a même qui disent que le Pape est le seul membre du club qui pourra jamais soulever une coupe – jajajaja). Attention, je ne parle pas encore de victoire du championnat, mais la tendance s’inverse nettement. Les supporters n’hésitent pas à parler de miracle.

papa_san_lorenzo R* Jeu de mots très subtil imaginé par Sanjay, garçon très subtil. J’explique pour les non hispanophones. Cancha = Terrain (de foot), Concha de tu madre (la moule de ta mère, j’en ai déjà parlé ).

Cliché Patagon

La Patagonie, c’est le cliché en super wide.

D’abord, on peut y croiser Florent Pagny sur son cheval, et c’est pas rien.

Ensuite, tu peux y porter ton blouson Patagonia in situ, la brigade du style vêtement technique appréciera.

Enfin, tu peux conduire une vieille guimbarde sur des routes sans virage qui traversent du rien plat où des moutons paissent peinard sous l’œil bienveillant des condors et trouver au bout du chemin des BALEINES et des PINGOUINS. Et ça c’est vraiment bien.

En vrai, le patagon est plutôt « north face », notre vieille guimbarde était une Chevrolet classique blanche et j’ai pas vu Florent  (apparemment il aurait déménagé à Miami),   mais à part ça tout y est.

Photo : Sanjay Patel

Travel tips :

l’Aéroport de Trelew, le plus proche de la Peninsula Valdes, est à 180 bornes de route droite. Alors si t’arrives tard dans la nuit et que tu ne veux pas risquer de t’emplafonner un mouton ou un lama (y’en a aussi, c’est ça le cliché) noctambule, tu peux aller dormir à La Casona de Rio, un B&B maison d’hôte avec des lits de compet’ et un petit dej qui te donnera toute l’énergie nécessaire pour tenir ton volant. Tu y seras accueilli comme à la maison par Janina et sa maman.

Un dimanche à la campagne (argentinean style)

Photo: Sanjay Patel

Quand tu google le mot « polo », Ralph te saute aux yeux. Mais il est important que tu saches, toi qui t’intéresse aux choses du monde, qu’avant d’être un T shirt à col avec un cheval plus ou moins grand ou plus ou moins doré brodé dessus, le Polo est un sport.

De jolis garçons (et aussi de jolies filles) montés sur des chevaux, tapent à l’aide d’un maillet sur une baballe en plastique  et accessoirement essayent de marquer des buts.

La pratique du polo remonte à peu près à 2000 ans, les perses avaient déjà découvert son potentiel glamour, mais évidemment ce sont les brits, décidément super forts, qui un jour, du côté de Manipur, en Inde, ont vu des moustachus jouer, et entre deux gin tonic ont décidé de mondialiser le concept.

On joue au polo à peu près partout dans le monde, mais c’est en Argentine que ce sport est un art de vivre. Tous les grands tournois se jouent ici.

Et donc, contrairement à ce qu’on pourrait croire, quand on voit Harry et William en tenue, le polo est un sport accessible, la preuve, j’y ai eu accès. J’ai passé une journée délicieuse, à la campagne, à bouffer de la viande, à regarder les copains taper dans la balle et surtout à entendre le bruit sourd de 32 sabots (2 équipes de 4 joueurs) se lancer au galop en même temps. La prochaine fois, j’essaye.

ps : et pourtant, j’aime pas trop les bêtes (mais j’aime beaucoup les bottes en cuir).

Dirty harry et Will en pleine action : le polo, une pratique royale, mais pas que.

Est ce que Jean Jaures dansait le Tango ?

Heureusement qu’il y avait un portrait de Carlos Gardel*, à un moment j’ai cru que j’étais à Saint Ouen.

Photo: Sanjay Patel

* Carlos Gardel est un chanteur compositeur de tango, né, soit à Toulouse, en France le 11 décembre 1890, soit en Uruguay, le 11 décembre 1887. Il meurt le 24 juin 1935 dans un accident d’avion près de Medellin en Colombie.

Bien que sa musique soit dans l’ensemble assez peu dansable et peu utilisée dans les milongas, il est de loin le chanteur de tango le plus célèbre, ce qui est paradoxal dans un genre où l’essentiel de la musique est consacrée à la danse. ( Source Wikipedia).

Be kind, rewind

Reprenons.

Cela dit, j’hésite. J’ai éclaté tous les scores de visites le 20 mai dernier, alors que j’en fous pas une rame. Et comme c’est bien connu, je n’écris que pour générer des visites et atteindre la célébrité, je me demande, si finalement, je ne ferais pas mieux de continuer à faire ce que je fais de mieux : Rien.

Mais non, l’envie de t’informer, toi cher lecteur, balaye tous mes élans de grosse feignasserie, et me revoilà prête à t’abreuver des informations les plus importantes de ces dernières semaines.

Donc.

L’hiver est arrivé. Il fait désormais à peu près le même temps qu’à Paris.

Le gouvernement durcit chaque jour sa politique de restrictions des importations.

Tu peux importer si tu exportes. C’est la règle. Madonna pourra montrer ses petits bras musclés à la foule de Buenos aires lors de sa tournée mondiale, si et seulement si des artistes argentins vont eux aussi chanter dans le monde. Dans la liste des recommandations faites par M. le ministre à moustaches qui décide de tout y’a le groupe Miranda!

Je te laisse tirer tes propres conclusions.

L’argentine a battu le XV de France  hier à Cordoba. Sanjay va se faire vanner toute la journée par ses camarades de travail.

On nous reparle des Malouines, c’est à se demander si ce n’est pas une façon de pousser la poussière sous le tapis comme disait l’autre. (La poussière étant la grosse merde dans laquelle se trouve actuellement le pays. Mais shut, j’ai rien dit).

Et, information de toute première importance, car oui plonger dans la vie des people locaux est la seule façon de bien connaître un pays, et je suis prête à tous les sacrifices pour te faire découvrir ce nouveau monde,  Cacho Castaña, a eu 70 ans et s’est offert, c’est lui qui le dit, une jeunesse de 36 pour son anniv’.

Elle a de belles dents, et en plus, elle lui rappelle son chien…

…et puis ça la dérange pas trop qu’il ait des copines qui montrent leur culotte…

et si il enlève ses chaussures parce qu’il a les pieds gonflés, elle l’aimera quand même.

Cacho Castaña est un chanteur de Tango si te demande pourquoi la blonde s’intéresse à lui.