Delicious

Dans la rue au milieu des klaxons ou sur une terrasse éclairée à la bougie

Petite dalle

Dans la vie y’a un ranking (une échelle maman)

y’a vaguement dégueu,

(comme le café autochtone)

bof

(comme des légumes bouillis sans sel, par exemple)

ouais

(comme une bonne milanesa – escalope pannée, plat national)

pas mal

(comme les lentilles que je viens de faire – c’est l’hiver)

hyper bon

(comme les lentilles de ma mère, ou de ma copine Camille, qui assure pas mal en lentilles aussi)

et y’a

LA MEDIA LUNA DE JAMON Y QUESO

Plus petit et plus léger qu’un croissant, subtilement sucré (enfin, subtilement ne fait pas partie du vocabulaire argentin quand il s’agit de sucre), subtilement beurré aussi (pareil), délicatement ouvert par la moitié et fourré (c’est le mot) avec une tranche de fromage et une tranche de jambon blanc, puis légèrement réchauffé au four.

Apres y’a plus de mots, on explose le ranking et on essaye de rentrer quand même dans la petite robe qu’on a prévu de mettre pour le mariage de sa copine Camille (celle qui assure en lentilles, mais pas que).

Publicités

Cliché # 4 : El Bifé

La vache argentine est heureuse. Elle est rieuse. Elle gambade dans la pampa.

Et pourtant la « PARRILLA »  (prononcer parija) l’attend au bout du chemin. La parrilla est l’équivalent gringo de ton barbeque. La parrilla est construite en briques, et ton appartement ou ta maison autour.

L’argentin consomme 56 kilos de viande de boeuf par an (deuxième consommateur mondial  derière l’Uruguay, 60 kilos – 25,4 kilos en France, pff, végétariens).

Peut être que c’est le secret des jolis garçons et des gros nichons.

* ces chiffres sont issus du site globometer.com qui donne en temps réel (depuis le début de l’année et même depuis que t’es connecté), les kilos de viande de boeuf consommés dans le monde, mais aussi le nombre de préservatifs utilisés, ou le nombre de voyageurs à l’aéroport d’atlanta, ou le nombre d’homicides dans le monde. Depuis que je suis connectée 0, ça redonne espoir en l’humanité, ah non, maintenant c’est 7.

Cliché #2 : El Maté

Le new yorkais est pressé, il a toujours un truc à faire ou le monde à sauver. Le new yorkais ne peut pas perdre de temps, jamais, Time is Money, alors le new yorkais boit son café dans la rue, en marchant d’un pas rapide, tout en gueulant dans son téléphone des trucs supers importants (it’s like you know).

(exemple de new yorkais buvant du café. y’a pas que les bombasses qui en boivent, mais les autres, personne ne les prend en photoje sais qu’elles ne sont pas new yorkaises, –  who do you think i am ? – mais You know what I mean)

Le Porteño (c’est comme ça qu’on appelle les habitants de Buenos Aires, parce que Buenos aires est un port j’imagine, non ?), boit du maté.

Le maté (ou yerba maté) est un mélange d’herbes qu’on place savamment dans une petite calebasse, la poudre en haut, les feuilles en bas, on retourne dans un sens, dans l’autre, on place les feuilles en diagonale, on tasse, on tourne encore une fois. Apres, on verse de l’eau frémissante sortie tout droit du thermos. Puis on aspire le tout grâce à un petit ustensile drôlement pratique à mi chemin entre la cuillère, le filtre et la paille (je cherche activement d’autres utilités à cette chose nouvelle dans mon paysage). Quand il n’y a plus d’eau, on en rajoute, d’où l’utilité du thermos à proximité. Le maté est très amère, alors parfois il faut rajouter du sucre et donc avoir un récipient avec du sucre dedans à portée de main, et une cuillère.

Résumons : le buveur de maté a donc besoin d’une calebasse, du paquet de maté, d’une bombilla (c’est le nom de la chose paille), d’un thermos et d’un Tupperware plein de sucre. Le maté se boit si possible assis (avec tout le bordel à trimballer c’est sur que c’est plus simple, mais on trouve aussi des buveurs de maté debout et qui marchent, forcément pas trop vite), en groupe et la tradition veut qu’on le passe de mains en mains dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour ralentir le temps.

Le porteño boit autant de maté que le new yorkais de café.

(Le buveur de maté solitaire)

(Les buveurs de maté en groupe)

(Les buveurs de maté sportifs)

(Les buveurs de maté ambulants)

(Les buveurs de maté romantiques)

(Les buveurs de maté détendus)

Tu tweet ?

Tu tweet toi ? Moi oui, depuis hier, et  le monde merveilleux de twittiland s’ouvre devant mes yeux écarquillés. J’adore.

Je sais, à la minute près, ce que font Priyanka Chopra ou Shah Rukh khan. Même plus besoin d’attendre la sortie de Filmfare.

Je sais aussi ce que font les post-ado manucurées scotchées à leur blackberry toute la journée. Moi aussi je veux un blackberry, avec des paillettes.

Et surtout, grâce à Miss malini qui aime bien les chaussures qui brillent, comme moi, donc que je follow – tu suis ? –  j’ai découvert les meilleures adresses de la ville,  emballées dans un sac en papier marron.

Brown Paper Bag est surtout une news letter attendue avec une impatience non dissimulée par les cool. Une équipe de fouineur sonde la ville à longueur de semaine et sépare le bien du qui pue avant d’emballer le bien dans un brown paper bag (c’est plus cool en V.O.)  pour le livrer dans ta BAL (je viens de découvrir twitter mais quand même je parle moderne) le vendredi.

Si ton ordinateur a crashé et que t’as perdu la Newsletter tu peux toujours aller sur leur blog http://www.bpbweekend.com/ pour tout savoir et toi aussi être cool.

Je kiffe.

ps : si tu veux me follower : thisispatonly

L’Or du Temps

Bombay a tout d’un village; les coqs qui chantent, les chauves souris qui volent, les étoiles qui brillent et les vieux qui regardent passer le temps.

Mon vieux à moi, il le prend, son temps, à la Yazdani Bakery. Il sirote un chai, émiette son ‘fresh apple pie’ et jette des regards  sur la ville qui s’agite.

Il est le gardien d’un trésor. Derrière lui, des lingots d’or reposent sur des étagères enfarinés.

Yazdani lève un pain de mie qui fait pleurer. Vas y, tu verras et tu te demanderas si finalement, le vrai trésor, ce n’est pas le temps.

Yazdani Bakery – Fountain Akbar Ally – Saint Thomas Cathedral – Fort – t. 22 87 07 39

En venant de Hornby Rd (qui va de CST à Flora Fountain), deuxième à droite sur PM Road, un peu plus loin dans la ruelle sur la gauche.

Rouge Passion

Photo Sanjay Patel

J’en profite pour parler du meilleur carpaccio de bœuf de la ville, et peut être même du monde, que tu trouveras chez Don Giovanni à Juhu.

5 Kings Intl. House

Opp. Juhu Church – Juhu Tara Road.

t. 67 42 67 70 / 71 / 72.

Attention la succursale Don Giovanni à l’Atria Mall a fermé.