J’ai la tête qui éclate

 

180px-eudynamys_scolopacea_f180px-asian_koel_28male29_i_img_8190

 

Le Coucou koel (Eudynamys scolopaceus) est une espèce d’oiseaux de la famille des Cuculidés dénommé d’après son chant. On le trouve dans le sud de l’Asie, en Chine, en Australie et dans le sous continent Indien.

 

De taille moyenne, environ 45 cm, il vit aussi bien dans les campagnes que dans un environnement urbain. C’est une espèce parasite. En effet, le Coucou Koel a la particularité de ne pas avoir de nid. La femelle Koel pond dans les nids d’autres oiseaux, souvent celui du corbac vulgaris, entre 2 et 7 œufs après s’être préalablement débarrassé des œufs de son hôte. Une vraie connasse.

 

Le mot « koel » signifie « rossignol » en Inde à cause du chant mélodieux du coucou indien.

 

Le coucou Koel indien est particulièrement chantant pendant la saison des accouplements, en Inde: d’avril à juin. Le chant familier du male est un répétitif Koo-Ooo. La femelle lui répond Kik-kik-kik, mais elle est plus discrète.

 

La sérénade du Coucou Koel commence avant l’aube et s’arrête à la tombée de la nuit.

 

Le Coucou Koel est aussi familièrement appelé le « mangeur de cerveaux » ou « come coco » en espagnol. En effet, son chant mélodieux peut provoquer l’hystérie chez les humains à l’ouïe fine et au sommeil léger qui partagent son habitat.

 

Certains comportements excessifs ont été observés comme une adhésion à la ligue des chasseurs bretons. D’autres spécimens, plus pacifiques, se muent en Fabienne Thibault , ou Céline Dion, c’est selon. Ce comportement, par contre est hautement contagieux et provoque des réactions en chaîne qui ne sont pas sans nous rappeler le papillon qui bat des ailes à Tokyo. Mais c’est un autre sujet. Les voisins  entament le répertoire entier de Starmania, la ville devient dingue, le monde stone et crie d’une seule voix vive le Québec libre. 

 

Enfin, une troisième catégorie est défigurée par une mine grise et des cernes comme des grosses valises Vuitton (cette catégorie a beau avoir perdu la face, elle n’a pas perdu la tête !). Dans certains cas extrêmes, tous les effets sont retrouvés chez le même spécimen, et là, c’est atroce, surtout Céline.

 

 

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s